poisson

Ne me demandez pas pourquoi mais je l'aime. Je l'ai trouvé sur internet il y a une éternité de ça, je ne sais même plus à quelle occasion. Depuis il stagne sur le disque dur de mon ordi, il ne sert à rien mais je ne me résigne pas à le jeter...
Voilà, il a trouvé une place. 

C'est le jour ou jamais. 

Il est beau hein?

 

J’aime bien les poissons : ça virevolte, ça flotte, ça vole, c’est léger… C’est agréable à regarder. Mais pas chez moi : je n’y peux rien, je garde un mauvais souvenir des tragiques destins des poissons que j’ai possédé.

Avec copine Ange on était à la fac depuis peu, heureusement dans la même cité U. Mais nous sentant tout de même seules dans nos chambrettes respectives nous avions décidé, je ne sais quelle lubie nous passant par la tête, d’adopter des poissons. Dans un bocal. On trouvait ça joli et zen. Nous sommes donc allées ensemble chez le marchand de poisson, et non le poissonnier, et j'ai choisi un poisson rouge banal, parce que je trouvais original d’avoir un poisson rouge rouge, vous dire si je suis tordue, et elle un poisson noir avec de belles nageoires voilées. En voir un ou deux flotter morts à la surface de l’aquarium de présentation ne nous a pas découragées. Sans doute, dans la folie de notre jeunesse, nous pensions nous indestructibles, nous et nos poissons…
 Sauf que j’ai retrouvé Pinocchio mort le lendemain. Elle, son poisson noir – dont je ne me souviens plus le nom mais il était rigolo – a tenu une semaine. Tous les deux ont fini dans le Cimetière des Poissons, c'est-à-dire les toilettes de la cité U, sans grande cérémonie. Nous n’avions pas eu le temps de nous attacher… Mais il en fallait plus pour nous décourager.
Deuxième essai : Ange a choisi deux jumeaux noirs et j’ai craqué pour un noir et un blanc (éblouie par la transparence de ses nageoires et la beauté de ses yeux clairs, j’en ai oublié d’être « originale ») : on avait pris des couples en se disant que la solitude avait peut-être rendu suicidaire Pinocchio Premier du Nom et le Poisson Inconnu. A deux on se sert les nageoires, on se tient vivant. 
Las… Chacun des couples a perdu un de ses membres dans les jours qui ont suivi. Il n’y a eu qu’un survivant par bocal. Qu’on a gardé un an à peu près chacune…
Un poisson c’est chiant. C’est joli à regarder, surtout le mien avec ses belles nageoires immaculées et sa tâche rouge sur le nez (museau ?), mais ça se contente de tourner en rond. Je ne pouvais pas lui apprendre des tours, il n’avait pas l’air heureux de me voir rentrer le soir, et très vite, je culpabilisai de le laisser seul dans un si petit bocal, alors je lui ai acheté un autre copain, Jiminy, qui mourût, et un plus grand bocal, qui coûta cher. Croyez-vous qu’il fut reconnaissant ? Ben non, Geppetto avait juste plus de surface à salir de ses crottes, et moi j’avais plus à nettoyer et à faire tenir dans mon 9m2. Notre histoire se termina sans tambours ni porte claquée, sans passion ni tragédie, tristement... Je ne m’en souviens même plus.

Aujourd’hui je préfère les poissons en photo, comme mon beau poisson bleu, ou dans l’assiette, parce que ça rend intelligent. C'est trop culpabilisant de s'occuper d'un malheureux poisson. Par contre Chat serait peut-être content, lui, d’avoir un petit camarade plus accessible que les pigeons. Et comme il n’a pas peur de l’eau, je ne donne pas une heure au poisson… A voir, le jour où Crapaud nous réclamera un petit animal.

Tout plutôt qu’un hamster. Je parlerai peut-être un jour ici de mes mésaventures avec Pinki 1 et Pinki 2…