A chaque fois c’est pareil.
Je commence par les trouver ridicules, par vider la pile de ma télécommande à zapper dès qu’on parle d’eux. Par râler contre tous ces sous dépensés que s’en est inconvenant. Par râler devant les gros titres des journaux, les commentaires à n’en plus finir, les débats, les paris, les écharpes bleu-blanc-rouges qui s’étalent partout, les chansons débiles qui foisonnent...
Avant je grogne beaucoup, donc.
Et pourtant, à chaque fois, je regarde le premier match.
Et à chaque fois, je finis par suivre tous les matchs de l’équipe de France, buvant de la bière avec les copains de Prince Bougon, râlant contre les mauvais résultats, jamais assez bons… Je finis par connaitre tous les joueurs par leur petit nom, par attendre le prochain match avec impatience… Ne serait-ce que pour pouvoir grogner, encore, mais dans la bonne humeur...
J’ai honte de le dire mais ça me défoule. C’est un peu comme les jeux du cirque, mais sans mort, juste avec une poignée de blessés et quelques lynchés quand les résultats sont mauvais.
J’aurai une vuvuzela, je suis sûre je soufflerai dedans…
C’est grave ?