Crapaud est toujours aussi beau. Un sourire rayonnant comme un soleil, des quenottes toutes blanches toutes neuves, de beaux yeux noirs, une bouille toute ronde et pas beaucoup de cheveux encore. Il sourit beaucoup, et comme moi : avec le nez plissé. Il essaie de courir depuis quelques temps mais il n’y arrive pas, il a encore les jambes raides comme des bâtons, le bedon en avant et les bras en l’air, comme agrippés à une barre imaginaire. C’est pour l’équilibre.

Il aime être sur mes genoux quand je suis devant l’ordinateur et tripoter tout ce qu’il peut y avoir face à lui : le clavier, la souris, les cahiers, les stylos, les clefs usb, l’appareil photo qui traine, les post it qu’on peut décoller… Il aime dessiner sur les murs, pas sur les feuilles. Il aime les stylos qui s’effacent mal, par les feutres lavables à l’eau. Il aime Chat Bougon et passe son temps à lui faire du charme mais Chat Bougon est prudent : il se fait aimer de loin. Il aime tripoter des objets fragiles. Il aime ses peluches et les mord bien fort pour le leur faire savoir (on comprend mieux Chat Bougon). Il aime les gâteaux, il aime manger, par-dessus tout. Il aime explorer et vider les tiroirs et les placards. Il aime que je me cache, il me trouve à tous les coups. Il aime les petites boites qu’on peut ranger dans les grosses boites, ce qui fait qu’il aime aussi les grosses boites. Il aime l’aspirateur, ça fait du bruit et ça aspire. Il aime le sèche-cheveux, ça fait du bruit aussi et ça souffle de l’air. Il aime le roi Lion, surtout le début quand ça chante après c’est trop long. Il aime grimper partout même s’il ne sait pas descendre. Il aime les bains, les gâteaux, les guilis, les câlins et les bisous à petite dose, il aime son papa quand il rentre du boulot, il aime les gens qui viennent nous rendre visite et il pleure quand ils s’en vont, il aime ramper dans l’herbe mouillée et manger du sable, il aime son ballon…

Bref, il aime à peu près tout ce que propose le monde, et c’est ça qui est génial avec un bébé : tout est formidable, tant que ça en dure pas trop longtemps. Parce qu’il aime pas attendre. Pas du tout. Et là, justement, il attend depuis bien trop longtemps pour que je joue avec lui...

Ah, j’allais oublier. Il aime aussi se jeter par terre avec tous les symptômes d’une souffrance extrême, des cris d’assassiné et des larmes de crocodiles.